La moisson

Le paysan moissonne mais le blé a été semé il y a fort longtemps.
Ainsi va la vie des hommes, ils récoltent ce qu’ils ont semé individuellement et collectivement, mais les causes de ce qu’ils vivent sont parfois si éloignées que plus personne ne se souvient du moment où elles ont commencé.
Pour les plus faciles et les plus immédiates c’est simple, je sais que si la lumière s’allume c’est moi qui ai actionné l’interrupteur, mais j’ai oublié qui a installé tous ses fils électriques et qui a construit ces ampoules et ces centrales électriques.
Alors vouloir résoudre nos problèmes sans en connaître les causes plus ou moins lointaines, est il vain ? Tenter le court terme en modifiant la forme (réformer) sans aller au fond, où nous pourrions faire de la refonte, peut-il apporter un réel changement ?
« La folie c’est de se conduire toujours de la même manière et de s’attendre à un résultat différent ».
Je vous laisse méditer cette phrase d’Einstein.

Le chaos en soi peut faire accoucher d’un étoile qui danse

ET toi  —-  étoile
Comment se nomme notre étoile ?     Le soleil
Je suis passionné par l’énergie solaire depuis 1974 (premier choc pétrolier)
C’est lui qui nous fournis toute notre énergie (35 000 fois l’énergie de nos machines).
Mais il n’y a pas que l’énergie, le soleil éclaire notre chemin ainsi que les autres étoiles.
Rappelez vous des roi mages qui suivirent leur bonne étoile, et les marins qui trouvaient leur route avec un sextant visant les étoiles.
En plus moderne, nous sommes guidés par les GPS qui sont aussi des satellites dans le ciel.
Donc tout ce qui tombe du ciel est béni (oui oui).

Dans la nuit (traduisez dans l’inconscience) on se cogne on se blesse, c’est le chaos !
Des forces inconscientes entrent en action avec leur propres lois qui nous échappent et c’est tant mieux, tellement nous voulons contraindre le monde à notre vision limitée.

Alors vient le « fiat lux » tel un chef d’orchestre sur la baguette duquel tout s’aligne, tout se synchronise.
Cette baguette relie le ciel et la terre comme un rayon de soleil.

A l’extrémité de la baguette de la fée y a une petite étoile, c’est de la que la fée tire sa source.
Le magicien se contente d’un petit anneau blanc au bout de sa baguette, il ne cherche qu’à nous illusionner, l’inspiration vient de plus bas.
Quand le chaos de la nuit a trop duré, le solstice d’hiver arrive, les jours rallongent, la lumière a triomphé des ténèbres, la petite étoile mise au sommet du sapin de noël vient nous rappeler notre origine divine.

Une étoile qui danse me fait penser à une femme enceinte et à sa démarche chaloupée.
Si révéler c’est enlever le voile (Apocalypse en GREC), accoucher c’est enlever la couche plus ou moins épaisse qui nous sépare de la vérité et de la vie, car on n’a pas l’un sans l’autre.

La danse des étoiles oui, la guerre des étoiles non !
La vie ça n’est pas du cinéma, pourtant on y trouve des stars et la lumière du projecteur vient nous révéler les intentions du créateur (ou du réalisateur), cet écran blanc nous met dans un beau drap.
Merci aux frères lumière.
Donc pas de guerre, ni de balle sauf les bals du samedi soir ou les corps s’emballent et s’enflamment éperdus dans leur yeux ou brillent mille étoiles.

Accoucher c’est aussi se démarquer de la position couchée ou allongée pour se mettre en position verticale. c’est ce que font beaucoup d’animaux immédiatement à la naissance sinon ils sont morts, les humain attendent un peu plus, mais pour vous aujourd’hui l’heure est venue, alors lève-toi et marche.

Et le meilleur pour la fin ou l’ont peut voir Nietzsche comme un prophète.
Du chaos apparent régnant dans le ciel étoilé, nos astronomes commencé à détecter des possibilité de vie autres que la notre, dans des exo planètes.
C’est en partie grâce à une méthode dite « méthode de la vitesse radiale » qui part de l’observation d’une sorte de danse ou d’oscillation de certaines étoiles qui peut témoigner de la présence d’une planète compagne.
Gardons les pieds sur terre pour y incarner la danse des étoiles tout en écoutant la musique des sphères.

Les second couteaux

Beaucoup de mystiques  ont vécu sur terre en vivant des expériences sublimes, sans que jamais personne ne le sache, car ils n’ont pas laissé de traces écrites.
Même parmi les personnages les plus élevés spirituellement, Bouddha, Jésus,  Zoroastre, Krishna, aucun n’a écrit de son vivant.
Peut-être ont-ils pensé que leur expérience était si sublime qu’elle ne pouvait être traduite par des mots.
Les second couteaux qui ont voulut se faire mousser ou s’emparer de l’héritage, n’ont pas hésité à écrire à tour de bras, qui des sermons, qui des bulles, qui des dogmes, pour bien verrouiller une vérité qui les dépassait.
Et tout ce formalisme s’est reproduit au fil des siècles.
Aujourd’hui seulement quelques pays, quelques individus s’éloignent de ce fardeau stérile pour retrouver la vérité au lieu de la forme.
Jésus l’avait pourtant annoncé « Vous trouverez la vérité et la vérité vous libérera »

Tendez l’oreille

Il est plus facile de parler avec quelqu’un qui parle qu’avec un muet.
Il est plus facile de s’entendre avec quelqu’un avec qui on s’entend bien qu’avec un sourd.
Si la personne ne vous entend pas c’est peut-être qu’elle est dur d’oreille ou dur de la feuille.
N’y a-t-il pas au creux de l’oreille la forme du nouveau-né qui lui est bien inspiré.
Dans entendre il y a le mot tendre bien entendu, ce qui nous mène à tendresse et à attendu, comme pour tendre l’oreille à ton besoin de tendresse une tendresse de l’écoute pour être entendu pour se sentir suffisamment en confiance pour parler franc parler de soi et pour le tendu c’est toujours l’histoire de Bouddha qui nous enseigne que si un instrument à une corde trop tendu elle peut casser, pas assez tendue elle ne vibrera pas et bien tendu elle donnera à son mélodieux reproduisant ainsi les excitations du musicien.
Les excitations que le musicien apporte à 7 cordes et la corde nous ramène au corps.
Notre corps vibre t-il, les émotions ne sont-elles pas les vibrations du corps lorsque l’esprit excite ce corps en passant à travers différents corps, les cordages le corps jeune le corps adolescent le corps mur le corps d’eau le corps d’air le corps de feu et le corps mis à terre à terre.

L’image Dieu et moi émoi

Vous avez peut lu dans un grand livre que Dieu avait créé l’homme a son image.
Parlons nous de l’apparence, de la forme extérieure de l’homme ?
Parlons nous de la sagesse que beaucoup d’hommes ont du mal à suivre (on dit sage comme une image).
Ou plutôt de l’image de soi ?
Miroir mi-roir, dis moi si je suis la plus belle (le plus beau).
Quelle image de moi je donne aux autres ?
Quelle image j’aimerais que les autres aient de moi ?
Ai je  en moi l’image ( ou la sensation ) d’un absolu ou d’un être absolu ?
Est ce que j’aime mon image ?
Si on aime mon image, cela me donne t il des émois ?
Suis je ce que j’émoi (ce que j’ai moi), suis je identifié à mes émotions ou à mon image ?
Cette histoire d’image n’est certainement pas encore décodée.
Faisons nous de la photocopie ou de la création artistique ?
Quand se forme cette image, puis je la changer et par rapport à quelle autre image ?