Monthly Archives: mars 2014

A voté


J’entend souvent dire :   »Moi je vais voter par respect pour nos ancêtres qui ont versé leur sang pour obtenir le droit de vote ».
Cette phrase a pour moi des relents d’inquisition ou l’église catholique était maître dans l’art de culpabiliser ses ouailles. (pour mieux les contrôler comme la reine des abeilles décrite plus bas).
Le discours officiel est : Votez et vous serez de « bons » citoyens, respectueux des institutions et permettant le progrès social, voir le bonheur pour tous.
Je doute fort que si nos fameux ancêtres pouvaient revenir et juger d’un regard ce que nous avons fait de leur projet initial, ils diraient « Oui c’est ça, c’est exactement ce que nous voulions ».
Certes les mots liberté, égalité, fraternité sont inscrits dans notre constitution et au fronton de quelques bâtiments, mais ils sont très loin d’être en oeuvre dans la vie concrète, j’aurais même tendance à dire que c’est l’exact opposé qui le plus courant.
Cet écart peut relever de la complexité du monde (en mathématique, un nombre complexe possède une partie réelle et une partie imaginaire), mais on peut aussi y voir de la duplicité ou de la schizophrénie, si vraiment on est incapable de différentier les discours, les textes et le réel.
Donc j’entends ne plus écouter le chant des sirènes, ni des six rois (je vous laisse trouver leur nom) mais choisir les moyens par lesquels je compte m’exprimer, ce blog en étant un exemple.
Le vote ne fait pas pour l’instant partie de mes modes d’expression.
Voter revient à cautionner un système que l’on sait inefficace et pervers et qui n’est même pas en phase avec les créateurs originaux (Les Grecs) qui pratiquaient le tirage au sort avec des mandats courts. Ils savaient qu’un système électoral conduirait à la corruption.
Supposons que quelqu’un vous propose de venir chez vous pour tester un produit moyennant une rémunération de 50€.
Une fois le produit testé, vous le trouvez très mauvais, mais lorsque l’on vous tend le questionnaire pour recueillir votre avis, vous constatez qu’il n’y a que trois cases à cocher.
1) Ce produit est très très bon.
2) Ce produit est très bon.
3) Ce produit est bon.
A partir de la, il ne vous reste que deux solutions, refuser le piège en gardant votre intégrité, quitte à perdre les 50€ promis, ou répondre n’importe quoi et conserver votre maigre pécule, sachant que votre choix sera utilisé pour tromper un grand nombre de personnes qui feront aveuglément confiance à cette enquête d’opinion.
Il faudra bien que certains se décident à rompre la chaîne de transmission de l’iniquité.

Les abeilles

Il y a quelques dizaines d’années, un de mes amis me proposa d’aller avec lui pour s’occuper de ses ruches.
Ne connaissant rien à ce domaine (bien que fils de paysan), j’acceptais pour contenter mon esprit curieux.
Je remarquais à l’arrière de la camionnette un empilement de sac plastiques, un peu plus gros qu’un sachet de chips.
Mon ami me dis que c’était du sucre et qu’il allait me montrer son usage.
Les ruches se composent de deux parties, une partie basse qui est la plus grande et qui reste en place, et une partie haute qui s’appelle une rehausse et qui est démontable.
Une fois que les abeilles ont fabriqué tout leur miel, qui est leur provision de nourriture pour l’hiver, les apiculteurs viennent démonter les rehausses, puis ils enlèvent le miel de ces rehausses et les remettent en place une fois vidées.
A la place du miel qui est prélevé, les apiculteurs mettent une quantité de sucre pour que les abeilles aient suffisamment de nourriture pour l’hiver.
Ce détail m’avais quelque peut troublé à l’époque, mais je n’en avais tiré aucune conclusion, ni aucun enseignement.
C’est beaucoup plus tard, en observant la condition humaine, que ce détail m’est revenu à la mémoire ainsi qu’une analogie.
La vision de tous ces gens qui perdent leur vie à (essayer de) la gagner, en faisant des choses sans amour mais uniquement pour faire bouillir la marmite, (attitude que j’ai aussi pratiqué) m’a rappelé le sort de ces abeilles qui font un miel de bonne qualité qui leur est volé et remplacé par un sucre médiocre.
Le travailleur passe la plupart de son temps à trimer à la sueur de son front, et pour essayer de compenser ce temps de médiocrité, la société lui donne des « loisirs », des joies de substitution pour qu’il oublie son triste sort, au moins pour le court instant de la soirée, du weekend ou des vacances.
Pour ceux qui ne se satisfont pas de ces sucreries, d’autres piments sont prévus (alcool, tabac, drogue…..).
La ou l’analogie se renforce, c’est que les abeilles elles mêmes pratiquent une sorte de domination entre elles.
Les ouvrières viennent nourrir la reine (qui ne se déplace pas) avec de la gelée royale qu’elles fabriquent ou régurgitent au moment même ou elles la donne à la reine. Notez que ceci est indispensable car la gelée royale ne se conserve pas, elle perd très vite ses propriétés.
En « échange », la reine dépose sur l’abeille qui la nourrit, une goutte d’hormone qui va la maintenir stérile !
Les rois de France ne connaissait peut être pas ce détail mais c’est troublant d’avoir pris l’abeille comme un des symboles de la royauté.
La hiérarchie et la domination est claire, peut être que c’est (chez les abeilles) le seul schéma qui peut fonctionner, mais cela perdure uniquement si la reine est entièrement au service des abeilles, comme les abeilles le sont à la reine.
Si le reine ne rempli plus son rôle, elle est éliminée (comme le furent nos rois à une époque, et comme le seront peut être nos « dirigeants » à une autre époque).
Retrouvons notre miel dans notre ciel, la terre promise sera fertile.

PUB, la put des temps modernes

On te fait miroiter des tas de choses (que des appâts rances), et une fois que tu a craché les billets, c’est la débandade, tu repart la queue entre les jambes, la bourse vide et ton âme pleine de néant, sans espoir.
Les publicitaires sont ils pubères ? ou plus guère ? ou plus guerre ?
Combien faudra t il de larmes pour nous ouvrir les yeux ?
Alarmez vous citoyens, sortez vos bâtons de parole, un sans impur abreuve vos ondes.
Allons enfants la partie ne fait que commencer, boutez ces langues laides hors de France.
Dites seulement une parole et vous pourrez en rire, la prochaine fois, inutile de changer la couleur du bulletin, les urnes ne font que descendre.
Un cil soyez vous.