Monthly Archives: janvier 2015

Le fond et la forme, l’esprit et la lettre

Pourquoi appeler fondamentalistes, des gens qui restent à la superficie, aux apparences extérieures et donc à la forme.
Le fondamentaliste est celui qui a déjà navigué dans toutes les arcanes de la connaissance, il en connait les subtilités, les nuances, les méandres, du haut en bas, du ciel à la terre, et inversement.
Il sait comment chaque chose en nourrit plusieurs et comme plusieurs en nourrissent une seule.
Il ne juge pas car aucun jugement ne saurait rendre compte de la complexité du monde et en fonction de quoi, de quelle finalité pourrions nous juger si la finalité nous est inconnue ?

Le superficialiste ou le formaliste, ne voit pas au delà des apparences (qui sont souvent trompeuses), il juge pour masquer son ignorance et se donner une contenance qui cherche à cacher son vide.
Cette attitude trompe beaucoup de badauds qui vont adhérer à ce discours tonitruant, plus facile à suivre que celui des fondamentalistes qui à la limite ne préfèrent ne pas parler pour éviter d’être mal compris ou mal interprétés.
Voila les badauds en bateaux et vogue les galères, toutes voiles dehors.
Si le voile est dévoilé, il faut ramer, suer sang et eau, tout plutôt que se remettre en question, ce qui déjugerait le chemin déjà parcouru.

Maintenant, inutile de suivre l’esprit à la lettre, celle ci est toujours dans une belle enveloppe qui vous enfermera, même si vous êtes timbrés.
L’esprit s’évapore, se sublime, il est la sans y être, mine de rien, la mine du rayon (ou du crayon).
le voila qui réapparaît ici, il se condense, il se concentre avant de disparaître à nouveau, il souffle partout mais personne ne sait  d’ou il vient ni ou il va.
Il inspire tous sans jamais expirer, souffle sans jamais s’essouffler, anime sans dessin, son seul projet est que nous menions le nôtre.
Esprit est tu la ?
Si oui : Tapez 1
Si non : Tant pis pour vous
Si vous ne savez pas : Ecoutez la musique d’attente