Monthly Archives: juillet 2015

Rodrigue as tu du cœur ?

Quand les cœurs se durcissent
Quand les ego se surdimensionnent
Les chiens sont prêt à mordre, voulant défendre ce qu’ils croient être leur possession

L’heure exquise

Rêvons, c’est l’heure.

Un vaste et tendre
Apaisement
Semble descendre
Du firmament
Que l’astre irise …

C’est l’heure exquise.

_________________________________________________

Intégralité de ce poème de Paul Verlaine sur :

http://poesie.webnet.fr/lesgrandsclassiques/poemes/paul_verlaine/l_heure_exquise.html

Bernard est tu la ?

J’aurais pu demander : « esprit est tu la ?  » mais il semble absent, sauf peut être l’esprit de rente (tirer profit de ses possessions matérielles et non de son travail).
Quand Moïse fut parti au sommet de la montagne pour sa quête divine, son peuple se livra au culte du veau d’or et à toute sorte de dépravations.
Je voulais parler de Bernard l’Hermite (le crustacé) dont un des moments les plus dangereux de sa vie est son changement de coquille.
Puisqu’il ne construit pas lui même sa coquille, il emprunte (attention aux emprunts) celles d’autres animaux marins et il doit en changer à chaque fois qu’elle est devenue trop petite.
Les prédateurs savent cela et le guettent au tournant, durant le bref instant ou il sera sans protection, ayant quitté l’une, tout en devant en trouver rapidement une nouvelle.
C’est tout à fait l’analogie que je vois avec notre monde, il est devenu trop petit, pour toutes les raisons que vous entendez à longueur de journée, et pour d’autres encore.
Mais la nouvelle coquille (le nouveau paradigme selon la formule d’Einstein, ou le royaume des cieux selon Jésus) n’est pas encore visible, sauf peut être pour ceux qui la recherchent depuis longtemps.
Alors le culte du veau d’or bat son plein ( et ça ne date pas d’hier ), partout la richesse sans vergogne s’affiche sans pouvoir complètement étouffer les cris de ceux qui sont écrasés.
Quant aux dépravations en tout genre, les médias en font leur choux gras et les foules aussi s’y nourrissent, trouvant la une maigre pitance émotionnelle (qu’il faut renouveler en permanence), jusqu’à ce qu’ils se décident à regarder le ciel en se rappelant leur véritable origine.
Alors qui veut sortir de sa coquille ?

Vous prendrez bien un verre ?

Accepter une nouvelle vérité (sous entendu en abandonnant l’ancienne), c’est comme mettre de l’eau dans un verre.
Il y a donc deux choses préalables à réaliser :
1) Que le verre existe (vide).
2) Que l’eau existe.
Ensuite on peut procéder au versement.
Mais si vous tentez de verser votre eau dans un verre qui n’est pas vide ou qui est mis à l’envers, tout sera perdu.
On ne fait pas boire un âne qui n’a pas soif.
Acceptez d’attendre qu’un personne ai d’abord creusé un sujet (comme dans le laboureur et ses enfants), avant de lui proposer votre eau (votre vérité).
Et ceci sans oublier la citation : » Matthieu 9:17
On ne met pas non plus du vin nouveau dans de vieilles outres; autrement, les outres se rompent, le vin se répand, et les outres sont perdues; mais on met le vin nouveau dans des outres neuves, et le vin et les outres se conservent. »