Croire n’est pas ce que vous croyez

Croire, n’est pas (ou ne se limite pas à) adopter telle ou telle idée, opinion, idéologie, dogme, religion, ni à en faire du prosélytisme, ni même à être prêt à mourir pour sa défense.
Adopter par choix telle ou telle pratique, idée, position, reste une posture qui se limite souvent à l’intellect, et qui sert à marquer son territoire par rapport aux autres, à s’identifier individuellement et et par clan.
Vous avez certainement connu des personnes qui prônaient certaines idées qu’ils ne mettaient pas en pratique (ou pratiquaient l’inverse).
Le cas est même assez courant, le monde politique donne des exemples à foison et j’ai aussi constaté cela dans le monde religieux ou les dévots pullulent, pratiquant le simulacre à tour de bras.
De même qu’il est difficile de voir le trou qui est dans le dos de son manteau, de même l’être humain (dont je fais partie) à une grande faculté à ne pas se voir tel qu’il est (et surtout tel que les autres le voient), et à s’illusionner lui même.
Il demeure que c’est au pied du mur que l’on reconnait le maçon et aux fruits que l’on reconnait l’arbre.
Je vous propose donc la définition suivante :
Croire, c’est se mettre en croix pour croître.
Je ne parlerais pas de la croissance, vous avez tous vu un arbre pousser ou un enfant grandir, rappelons cependant que la phase de croissance ne dure qu’un temps et qu’elle est suivie d’une phase de décroissance pour arriver à la mort et à la renaissance sur un autre plan (pour les croyants uniquement ?).
Maintenant, ou est la croix ?
L’arbre pousse verticalement sur un sol horizontal, il est attiré par le soleil tout en haut, voici une première croix tracée.
L’enfant grandit dans l’imitation de ses parents (plus élevés que lui), il devient « bien élevé » mais ne garde son équilibre que par rapport au sol bien à plat (avoir les pieds sur terre).
Lançons nous maintenant vers une généralisation en proposant qu’une croissance ne peut se faire que s’il existe une attirance, une attraction entre deux pôles, ceci constituant le premier axe (ou la première branche) de la croix.
Je vous laisse imaginer le deuxième.

Laisser un commentaire