Le fondement de notre démocratie.

Le fondement principal reste pour l’instant l’exploitation de l’homme par l’homme.
Le fondement étant comme la fondation d’un bâtiment, la partie sur laquelle tout repose mais qui ne se voit plus, étant enfouie sous terre depuis longtemps.
La structure d’un bâtiment est d’ailleurs une bonne image de la société, tout en bas il y a les exploités, les mineurs qui creusent sans jamais voir la lumière du jour, comme des galériens mis à fond de cale.
Plus hauts il y a les murs, la classe moyenne qui exploitent les faibles d’un coté et qui sont serviles devant les grand d’un autre coté (ce que faisait le célèbre personnage incarné par Louis de Funés, servile d’un coté, méprisant de l’autre).
Et en haut, la toiture qui se repose sur le reste et qui se dore au soleil. Et encore quand la toiture protège l’ensemble, ça va, mais quand elle ne vous apporte que des tuiles, on s’en passerait !
Dans les temps anciens, l’exploitation de l’homme par l’homme s’appelait le servage, puis l’esclavagisme, qui ne fut pas aboli par la Révolution française du moins pas au début.
Nous appelons (à mauvais titre) démocratie le système commencé à la révolution de 1789, en référence aussi à ce que la civilisation de la Grèce antique mis en place il y a fort longtemps et en oubliant que la Grèce antique était une civilisation esclavagiste.
Cette révolution pas véritablement issue du peuple (à cette période 75 % de la population française était analphabète), repose plus sur la classe bourgeoise qui a pris le pouvoir sur les deux classes précédentes la noblesse et le clergé.
Cette pseudo révolution c’est faite par la force, avec un nombre considérable de morts et, s’est achevée par la terreur.
Le système resta basé sur l’usage de la force, force de la loi certes mais qui continue à être appliqué.
Le terme « par la force » signifie que si vous ne respectez pas loi vous êtes condamné, soit en vous ponctionnant de l’argent (par la force), soit en vous privant de certains droits, soit en privant de liberté, soit en vous mettant dans les geôles publiques.
Une fois l’esclavagisme terminé, du moins au niveau des textes de loi, il continua sous d’autres formes  comme le colonialisme, la lutte des classes.
Mais ce ne sont que formes variantes de l’exploitation de l’homme par l’homme par la force.
Ce culte de la force est toujours entretenu soit avec le mythe du super héros qui a des tas de force des tas de pouvoirs qui lui permettent de sauver le monde.
Une autre forme de ce culte est la croyance en l’idée que de posséder plein de biens matériels, d’objets va apporter le bonheur
Citons aussi le culte la gloriole militaire, ou le culte du chef suprême, celui qui va nous sauver de tous les maux grâce à sa force sa bravoure.
Bref c’est toujours : Possédez des biens, des objets ou assurez vous de la possession des autres et vous pourrez jouir de la vie paisiblement.
La cerise sur le gâteau est que ce culte, entretenu par certains est admis par un nombre considérable de gens, y compris par ceux qui en sont directement les victimes.
Combien de souffrances leur faudra-t-il avant d’en prendre conscience et de ne plus le perpétuer ?
Le système marchera tant qu’un grand nombre continuera d’y croire.
La France est le troisième principal fournisseur d’armes de guerre au niveau mondial.
Nous faisons partie des 20% de la population mondiale qui consommons 80% des richesses mondiales.
Alors inutile de se poser la question : « mais pourquoi n’y a t il pas la paix sur terre ? »
Peut être parce que le silence des pantoufles est plus dangereux que le bruit des bottes.
De fondement à effondrement, il n’y a qu’un pas (chaussé d’une pantoufle ?)
Faudra t il déterrer la hache de guerre qui est aussi sous terre comme le fondement du titre ?

exploitation

Laisser un commentaire