Paradoxes

Le paradoxe (para doxa) vous protège de la doctrine (enseignée par les docteurs en ceci ou cela) comme le paravent vous protège du vent et le parachute vous protège de la chute, il vous invite à chercher votre propre vérité, au plus profond de vous même. La tête commande aux pieds mais ce sont les pieds qui portent la tête.
Je ment toujours (même en ce moment ?)
Tout est relatif (absolument tout ?)
L’absolu existe mais relativement à quoi ?
La différence entre la théorie et la pratique ? En théorie, il n’y en a pas, alors qu’en pratique, il y en a.
En théorie je pratique, mais pratiquement, je théorise.
Le soleil (Que certains considèrent comme non vivant) est la source de toute vie sur terre.
La théorie, c’est quand on sait tout et que rien ne fonctionne. La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. (Einstein Albert)
L’ensemble de ce qui compte ne peut pas être compté, et l’ensemble de ce qui peut être compté ne compte pas. (Einstein Albert)
La maturité est la capacité de faire quelque chose malgré le fait que vos parents vous l’ont recommandé.
Peut on être attaché à la liberté ? (Attaché et libre étant antagonistes).
Trouver un problème qui n’a pas de solutions EST un problème.
Déclarer refuser toute idéologie est encore une idéologie.
L’incroyance est une croyance comme une autre.
J’ai renoncé à penser que j’ai toujours raison, et je le pense vraiment.
C’est mon devoir de vous accorder des droits !
Désirer ne plus avoir de désirs est encore un désir .
Peut on parler du silence (en silence ?) ou faut il la parole pour parler du silence ?
Peut on se massacrer pour un désaccord sur le meilleur moyen d’amener la paix sur terre ?
Je me rempli de la notion de néant et je suis donc dans la plénitude.
Seul un être très complexe peut prendre conscience de la simplicité.
Seule la simplicité peut engendrer la complexité.
Décréter qu’il n’y a aucune règle, c’est créer une nouvelle règle.
Si tout est changeant, alors le changement devient une constante.
Manifester violemment contre la violence.
Je m’intéresse de façon croissante à la décroissance.
Vaut il mieux lutter contre les effets ou agir pour les causes ?
Mon ambition est de ne plus avoir d’ambition.
Mon plus grand luxe est d’être modeste.
Si tous se séparent alors cette attitude réunit tout le monde.
Je n’ai des droits que si certains se font un devoir de les réaliser.
Trop d’humilité peut rendre orgueilleux.La perfection ultime est elle de tolérer et d’aimer l’imperfection ?
Il n’existe rien de constant si ce n’est le changement.
Je suis spécialiste : en quoi ? en généralité.
Celui qui trouve sa propre voie parvient à parler au nom des autres.
Je suis modérément extrémiste et extrêmement modéré.
Plus vous vous éloignez de la lumière et plus vous êtes dans les ténèbres, et plus vous êtes dans les ténèbres, plus vous pouvez percevoir une infime lumière.
Les spécialistes se généralisent.
Le plus grand risque c’est de ne jamais en prendre.
Faut il de l’argent pour lutter contre la finance ?
On est sur de rien, mais est on sur de n’être sur de rien ?
Si vous dites sans arrêt que « dans la vie il n’y a pas de recette » et bien vous êtes en train d’en établir une.
Le fait de dire que chaque problème doit avoir une réponse adaptée, paradoxalement décrit un systématisme.
Ceux qui prônent le pragmatisme à tout va (au détriment de la théorie) sont en fait en train d’élaborer et d’exprimer une théorie.
Plus je suis dans l’acceptation de tout, plus je dois aussi accepter de ne pas tout accepter.
La liberté c’est de pouvoir choisir ses lien (sinon on devient aliéné, ce qui veut dire privé de lien).
Plus je critique ceux qui critiquent, plus je me contredis.
Vous croyez que vous ne croyez en rien.
Vouloir ne garder que le meilleur, n’est pas le meilleur moyen pour s’attirer le pire ?
Prétendre détenir la vérité absolue, n’est il pas une illusion ?
Je me méfie des généralités (et je suis en train d’en faire une).
Dire que l’école doit être apolitique, c’est un choix politique.
Puis je me forcer à ne plus utiliser la force ?
Pourquoi dépenser toute son énergie à inventer des technologies qui nous facilitent la vie alors qu’elles ne font que la rendre de plus en plus complexe ?
Je suis le plus modeste des hommes, et de loin !
Pour reconnaître que l’on n’est pas intelligent, il faudrait l’être. (Brassens)
Si je cherche à devenir sage c’est que je ne le suis pas (ou pas assez).
Je sais que je ne sais rien (Socrate en partie repris par Jean Gabin sous la forme : Je sais qu’on ne sait jamais).
Peut on se sentir coupable de ne pas se sentir coupable ?
Le fil électrique doit être le plus conducteur possible (dans le sens longitudinal) et le moins conducteur possible (dans le sens latéral).
Esprit est l’anagramme de tripes (encore un lien entre le haut et le bas).
Dire qu’il n’y a pas de vérité absolue, c’est émettre une vérité absolue.
Pour recevoir il faut donner (si vous recevez des amis chez vous, je suppose que vous leur donnez au moins à boire ou de l’affection).
Demandez et l’on vous donnera ; cherchez et vous trouverez ; frappez et l’on vous ouvrira. (Mt7:7 )
Si tout est illusion, alors l’illusion est une illusion.
La seule chose qui soit difficile c’est d’arriver à la simplicité.
Faut il créer une norme pour lutter contre l’excédent de norme ?
Vouloir mettre trop de transparence, ça cache quelque chose.
Le comble de l’individualisme c’est de prendre conscience de l’unité de toute chose et de s’occuper des autres.
Il existe un curieux paradoxe : Quand je m’accepte tel que je suis, alors je peux changer ( Carl Rogers).
Si je suis dans le train Paris Marseille et que je marche dans le couloir du train dans la direction de Paris, en fait globalement, je m’émoigne de Paris (le train étant en marche).
Il est impossible de transformer le monde et il est impossible de ne pas le transformer. (je vous laisse développer).
Il n’est pas certain que tout soit incertain. (Blaise Pascal dans les pensées VI, 387 ).
Peut on contrôler le lâcher prise  ou lâcher prise sur le contrôle ?
Promettre de ne pas faire de promesse est-il une promesse tenable ? (si si, je vous le promet).
Plus une toupie toune vite, plus elle est stable. (voir la mise en pratique, lancez la vidéo)
Soyez spontanés.
Puzzle (avec deux z au centre, souvent utilisés comme inconnue en mathématiques et up inverse de pu qui est le haut en anglais).

Réunissez quelques amis autour d’une table, versez un puzzle au centre et laisser mijoter quelques minutes. Ensuite demandez a chacun ce qu’il a vu.
Un premier vous dira « Moi je n’ai rien vu, tout ça c’est du chinois pour moi (ou de l’hébreux) ».
Un deuxième vous dira « J’ai repéré que cette pièce peut s’assembler avec celle la, mais j’ignore ce que cela signifie ».
Un troisième vous dira « J’ai vu que ces quatre pièces vont ensemble et forment une partte de chat, ces cinq autres font le bas d’une échelle et ces sept autres représentent un âne ».
Un quatrième vous dira « Ca y est, j’ai reconstitué l’intégralité de l’image ».

Nous sommes devant la même situation vis à vis du monde, apparemment nos yeux voient la même réalité , mais en fait nous n’en avons pas tous la même interprétation, ni la même compréhension.
On pourrait extrapoler en disant que nous « fantasmons » ou que nous « imaginons » une partie de notre monde qui serait forcément différente pour chacun, par opposition à un monde dit « réel » ou « matériel » ou « objectif » ou tout le monde percevrait la même chose.
L’histoire du puzzle vient un pouvoir (par ex.: peut ou peux) ou un participe passé (par ex.: peu changé). »>peu contredire ou complexifier la vision simpliste séparant le monde l’esprit et celui de la matière.

Laisser un commentaire